L’énergie hydroélectrique

L’hydroélectricité est une énergie électrique renouvelable issue de la transformation de l’énergie hydraulique en électricité. Ainsi, l’énergie cinétique naturelle d’un cours d’eau ou générée par une différence de niveau est convertie en énergie mécanique à l’aide d’une turbine hydraulique, puis par un générateur électrique synchrone, génère de l’énergie électrique.

 

L’hydroélectricité : première des énergies renouvelables

 

Historiquement et quantitativement, l’hydroélectricité fut la première des énergies renouvelables. De nos jours, environ 1 700 habitants peuvent être annuellement pourvus d’électricité grâce à la production d’un 1 MW d’une centrale hydroélectrique. Cette production annuelle permet d’éviter 2 500 tonnes d’émission de CO2 dans l’atmosphère. Par le biais de différentes redevances et taxes, les centrales hydroélectriques versent des recettes aux collectivités locales ainsi qu’aux communes qui les accueillent. Par ailleurs, afin de garantir la vie piscicole, elles sont tenues de délivrer durant toute l’année un débit minimum correspondant à environ le dixième de la capacité du cours d’eau. À cet effet, elles sont dotées d’ouvrages de franchissement telles que des échelles à poissons ou des passes à dévalaison permettant la circulation des poissons.

 

Répartition du secteur en France

 

En France, le secteur hydroélectrique bénéficie d’un fort potentiel grâce à ses nombreux massifs montagneux. Cette capacité est déjà en grande partie exploitée. Il subsiste encore cependant un potentiel à exploiter en petit hydraulique. L’État Français attribue l’exclusivité d’exploiter les grands aménagements à EDF. Néanmoins, elle donne également le droit aux particuliers d’exploiter une centrale produisant de l’hydroélectricité de dimension réduite pour leur propre consommation d’énergie électrique ou même pour sa revente. Cette « petite » hydroélectricité produit une énergie propre sans pollution de l’air, sans émission de CO2, ni déchets en rivière. En outre, grâce au turbinage l’eau n’y est ni consommée ni stockée. Environ deux tiers de l’énergie produite par ces petites centrales sont détenus par la SNCF, la VNF, divers industriels, ainsi que par des producteurs indépendants et des collectivités locales.

 

Vers la transition énergétique

 

Une directive européenne du 23 avril 2009 a mis en avant l’utilisation de l’énergie issue de sources renouvelables. Suite au Grenelle de l’environnement, le ministère en charge du Développement Durable a mis en œuvre un plan de relance consolidant la transition énergétique et basé en partie sur l’hydroélectricité. Son objectif est de parvenir à produire 23 % d’électricité renouvelable d’ici 2020 conformément au plan de transition énergétique. En 2017, la production d’hydroélectricité française représentait 10,1 % de l’électricité totale produite, contre 13,8 % en 2013 qui fut une année à forte pluviométrie. En 2016-2017, le taux de couverture de la consommation en électricité par la production hydraulique était de 11,5 %. En 2017, avec 10,1 %, la France était le 3e pays européen, derrière la Norvège et la Suède, en production hydroélectrique. La même année, elle se situait au 15e rang mondial avec 1,3 % du total. Concernant la puissance installée, la France avec 12,2 % du total européen, se plaçait au 2e rang européen après la Norvège et au 10e rang mondial avec 2,0 % du total.