Les principales formes d’énergie verte

A l’opposé des énergies fossiles, polluantes et limitées, les énergies renouvelables propres et issues de ressources inépuisables permettent d’envisager une transition énergétique indispensable pour l’avenir de l’humanité. Quelques explications.

 

Le mix électrique en France

 

On appelle mix électrique, la part de chaque source d’énergie dans la production électrique nationale. S’il est fortement marqué en France par la présence de l’énergie nucléaire, le mix français montre ces dernières années une évolution régulière au profit des énergies renouvelables. Pour l’année 2017, le mix électrique français a permis de produire 529,4 TWh : il était composé à 71,6% d’énergie nucléaire, à 10,1% d’énergie hydroélectrique, à 10,2% d’énergies thermiques (gaz, fioul et charbon), et à 7,9% d’énergies renouvelables comme le solaire, l’éolien, et les bioénergies. L’ énergie verte (barrage hydroélectrique, solaire, éolien et bioénergies) représente donc 18,1% de la production. On le constate, la transition énergétique est en marche : lentement mais sûrement l’électricité devient de plus en plus une énergie verte !

 

L’énergie solaire

 

Depuis les années 50, on sait produire de l’électricité à partir du rayonnement solaire. Certain matériaux comme le silicium ont la propriété d’émettre des électrons au contact de la lumière : c’est l’effet photoélectrique. Qu’ils soient installés sur des toits d’immeubles ou sur les pentes d’une colline bien orientée, les panneaux photovoltaïques fournissent 1,7% de la production nationale. La puissance raccordée du parc solaire photovoltaïque français est en constante augmentation et atteignait 7,7 GW en septembre 2017.

 

L’énergie éolienne

 

Tout comme on le faisait dans le temps pour moudre le grain, l’énergie du vent peut être utilisée pour entraîner un alternateur et produire de l’électricité. On parle d’éolien terrestre lorsque l’opération se fait à terre et d’éolien offshore lorsqu’elle s’effectue en mer. La France compte 3685 éoliennes réparties dans 1200 parcs sur son territoire métropolitain et outre-mer. En 2017, les éoliennes ont produit 4,5% de l’électricité française : une énergie verte capable de pointe de production exceptionnelle comme le 27 décembre 2012 où le parc existant avait fourni 5982 MW, de quoi couvrir 10 % de la consommation nationale !

 

L’énergie hydroélectrique

 

Avec ses nombreux cours d’eau, la France s’apparente à un eldorado hydroélectrique. Le pays compte pas moins de 2300 installations de ce type pour une puissance raccordée de 25,4 GW. Concrètement, barrages, centrales au fil de l’eau, conduites forcées et usines marémotrices utilisent l’énergie cinétique de l’eau pour entraîner des turbines reliées à des alternateurs. Une énergie verte particulièrement puissante et régulière qui fournit pas moins de 10,1% de la production électrique en France. Aujourd’hui, les installations au fil de l’eau, c’est à dire exploitant la force du courant au sein d’un tunnel souterrain sont privilégiées pour le développement de cette énergie dans le cadre de la transition énergétique.

 

La Biomasse

 

La combustion du bois et des déchets urbains ou agricoles offre l’avantage de répondre efficacement à de nombreuses problématiques. L’exploitation des forêt relance leur entretien et leur intérêt économique, celles des déchets permet leur traitement et l’ensemble produit de l’électricité et de la chaleur. En France plus de 45 % de l’électricité d’origine biomasse est ainsi produite grâce aux déchets urbains. Au totale la Biomasse fournit 1,7% de la production française d’électricité. Grâce aux centrales de cogénération (électricité + chaleur) l’utilisation de la biomasse est en plein essor en France. Une énergie verte particulièrement intéressante pour la transition énergétique comme la gestion des déchets.